Ancienne station d’émission de Seraing Radio p.45

Marcel HENRION (1888-1971) fut professeur à l’Ecole de Mécanique de la ville de Liège, mais surtout pionnier dans de nombreux domaines:

-Pilote de course en motos: par ex. Liège-Paris-Liège en 1902.

– Membre fondateur du Royal Motor Union de Liège.

– « En juillet 1910, MM Marcel HENRION et Camille AMAND deux jeunes sérèsiens, mordus par l’esprit d’aventure, allèrent à Ville Sauvage, près d’Etampes où Blériot, le héros de la traversée de la Manche (en 1909), avait établi son école de pilotes. Ils en revinrent en septembre 1910 pour organiser à Seraing, l’un des premiers meetings d’aviation qui eurent lieu dans la région liègeoise. Ce fut un évènement; on accourut de loin pour voir les deux jeunes audacieux voler sur les frêles monoplans équipés de moteur de 25 hp (d’où le nom de la rue de l’aviation à Seraing).

– Dès 1920, avec les moyens techniques de l’époque, il établit, dans la rue Ferrer à Seraing, un poste de radiotéléphonie d’une puissance de 2 watts! Les expériences – émissions et réceptions – furent remarquables: il put, par exemple, établir une liaison suivie avec le poste militaire belge situé à Créfeld »1.

Marcel HENRION et son monoplan BLERIOT en 1910 – Collection PEETERMANS.

En 1924, il installe rue Goffart à Seraing, son premier poste émetteur radio, construit par un de ses amis, l’ingénieur Henri PIROTTE.

Dans cette maison familiale, la construction d’un studio-auditorium permet les premières retransmissions en direct (concerts, publicité, journaux parlés). Marcel HENRION est le créateur des « disques à intention »(disques dédicacés)

L’ancêtre des radios locales est né malgré le monopole d’état de la R.T.B. de l’époque (I.N.R. = Institut National de Radiodiffusion).

Lorsqu’en 1933 une nouvelle loi interdit les émissions à moins de 10 kms du centre des villes, Marcel HENRION réalise à Plainevaux cette construction au sommet du Thier de Strivay (actuellement Voie de Liège, n2). Elle est la réplique à l’échelle de la bibliothèque du milliardaire américain VANDERBILT. Au départ il ne s’agit pas d’une maison d’habitation, mais essentiellement d’une station d’émission; salle des machines, studio, réception, bureaux, tour-antenne sur le toit.

Vue aérienne de la station-radio au Thier de STRIVAY, avant 1940.(Collection HANSENNE)

Les ressources de la Station sont essentiellement: la publicité, les disques demandés, la visite payante de SERAING-Radio avec l’ascension de la tour-antenne avec à 22 m du sol, vue panoramique de 360 degrés sur Plainevaux, Rotheux et Esneux. Les extérieurs sont agrémentés à l’arrière par un petit zoo de 18 singes et une vingtaine de renards.

L’entreprise est essentiellement familiale:

Marcel HENRION, son épouse Madeleine BOLLY (tante Mady), sa fille Marie-Louise (Miss Sourire), sa belle soeur Marie-Henriette Bolly, se partageant les tâches administratives

et le micro, sans oublier l’animateur-imitateur Jules DENEUMOSTIER.

Toutes les formations et artistes locaux de l’époque sont passé à SERAING-RADIO.


Marthe STORDEUR – Jules DENEMOUSTIER – Marie-Louise HENRION
(Collection PEETERMANS) Loulou

Les émissions cesseront en 1940. La station sera réquisitionnée par les allemands qui s’en serviront comme poste de brouillage, notamment pour Radio-Londres. A quelques mètres de là, Marcel HENRION parvient à cacher des parachutistes anglais. Marie-Louise et son époux Félix PEETERMANS sont membres de l’Armée Secrète. Dénoncés aux Allemands, ils sont arrêtés. Félix sera fusillé et Marie-Louise déportée. Avant de partir les Allemands pillent la station.

Après la guerre, la Station est transformée en maison d’habitation. Elle est habitée actuellement par le petit-fils de Marcel HENRION.

La tour-antenne est démontée en 1976 pour raison de sécurité, et la toiture rénovée.

Mr. PEETERMANS.

1     PIRSON, Nicolas; DOUNAN, Eugène, Les rues de Seraing,Histoire, Toponymie, Folklore, Publié sous les auspices de lm’Adm. Com. de Seraing, (Seraing), 1952, p 62 et 275.